L'ACTUALITE RUSSE EN FRANCAIS MISE AU POINT PAR RUSSIE POLITICS SUR Facebook ET Twitter!

vendredi 20 avril 2018

Assad et la République: les honneurs perdus



Dans un élan quelque peu douteux, l'Elysée a annoncé lancer la procédure visant à retirer à Assad la légion d'honneur qui lui avait été remise par Chirac en 2001. Dictateur, massacrant son peuple, évidemment aux armes chimiques (que l'on cherche toujours, comme en Irak). Un Président non barbu, aimé par son peuple, qui se bat pour son pays. Avec une femme non voilée. Un ennemi à abattre. Un homme infréquentable. Enfin maintenant. La gloire de la République n'éblouit plus très loin, Assad a rendu sa médaille. Il s'en remettra. La France, elle, n'en sort pas grandie. Qui finalement a perdu les honneurs?

jeudi 19 avril 2018

Le Fake de l'attaque chimique de Douma que la presse française ne veut pas voir



Alors que de plus en plus de voix s'élèvent pour remettre très sérieusement en cause l'existence même de la soi-disant attaque chimique à Douma dans la Ghouta Orientale, les experts de l'OIAC semblent être les seuls à ne pas entrer dans la zone concernée, l'ONU ne leur donnant pas le feu vert pour des raisons de sécurité - qui tombent à pic. 

mercredi 18 avril 2018

Le bâton et la carotte américaine dans le Donbass



Les Etats-Unis, par l'intermédiaire de l'incontournable USAID, qui a la bonne idée sous prétexte d'aide au développement, de financer tous les mouvements "pro-occidentaux", "pro-européens" et de toute opposition à l'Est, se penchent plus sérieusement sur le cas du Donbass et prévoient une dépense de 65 millions $ pour diminuer sa dépendance à la Russie.

mardi 17 avril 2018

Russie / Etats-Unis: match nul dans la guerre des sanctions



Le 13 avril, à la veille des frappes américaines (avec l'aide de la Grande-Bretagne et de la France) en Syrie, un projet de loi sur les mesures de restrictions pouvant être adoptées par la Russie en réponse aux sanctions qui lui sont imposées par les Etats-Unis et leurs Etats satellites a été déposé. Un projet assez fort. Peut-être suffisamment pour permettre à Trump de désavouer son bulldog Haley et prendre le temps de la réflexion concernant l'adoption de nouvelles sanctions contre la Russie.

lundi 16 avril 2018

Remise en place de Macron par la Maison-Blanche: pas de guerre en Syrie, mais retour aux sanctions contre la Russie



Lors du sommet au Pérou, le vice-président américain Mike Pence a souligné le but réel de ces frappes en Syrie: rappeler la Russie dans le "bon" camp et non pas commencer une guerre à long terme. Manifestement, Macron n'avait pas très bien compris ... La Maison-Blanche l'a remis à sa place. Décidément, après nos exploits militaires d'avions et de missiles plus que furtifs, c'est notre politique qui est ridiculisée. Le combat USA / Russie revient sur le terrain connu des sanctions et la Russie relève le gant.

dimanche 15 avril 2018

L'échec des frappes en Syrie et la fin d'un ordre mondial



A l'appel des Etats-Unis, malgré les hésitations de Trump, Macron et May ont mis nos pays à la solde des intérêts atlantistes. Sans accord du Conseil de sécurité de l'ONU, en conséquence d'une rumeur à la réalisation de laquelle la Grande-Bretagne a elle-même contribué. Finalement, une centaine de missiles a été envoyée en Syrie, les deux tiers détruits par le système de défense aérien syrien et des bâtiments vides ont terminé en poussière. La Russie cherche encore la participation française, qui n'est pas apparue sur leurs radars ... L'on craignait une Troisième Guerre mondiale, l'on a eu une petite revanche d'egos surdimensionnés. Le sursaut d'un système condamné. Et qui le sait.

vendredi 13 avril 2018

L'Ukraine s'enferre dans son rôle de victime



La revendication d'"indépendance" de l'Ukraine, qui était pourtant un pays indépendant depuis la chute de l'URSS se termine dans les chaînes de la victimisation, rôle dans lequel l'Occident voit le pays, unique intérêt que présente l'Ukraine pour le combat atlantiste. En contre-partie, un soutien inconditionnel est apporté à la détérioration du pays, maintenu sous perfusion en situation de crise permanente.

jeudi 12 avril 2018

Syrie: pourquoi Trump personnellement ne veut pas la guerre



Les tweets du président américain D. Trump ont hier soir monopolisé l'attention et des politiciens et des analystes: y aura-t-il ou pas la guerre? Ce n'est quand même pas une question secondaire. Et justement l'importance de la question a empêché une réponse binaire, simpliste. En trois tweets, D. Trump a envoyé deux messages. Un à la Russie et un à l'intérieur. Mettant chacun face à ses contradictions.

mercredi 11 avril 2018

Les Etats-Unis iront-ils jusqu'à la guerre en Syrie, ouvrant la voie à un conflit mondial?



Le conflit hybride syrien risque dangereusement de se "traditionnaliser". Trump s'est donné jusqu'à ce soir pour annoncer sa décision d'une intervention militaire de grande ampleur en Syrie, avec le soutien particulièrement actif de la France. La présence russe au sol permettra-t-elle de calmer les ardeurs guerrières de nos politiciens en mal de grandeur? Espérons.

mardi 10 avril 2018

Surkov: le destin de la Russie, la solitude n'est pas l'isolement



La radicalisation du comportement de l'Occident face à la Russie, l'attitude de rejet constant et répété, le complexe de supériorité, semblent avoir épuisé l'incroyable patience du pays. Prenant conscience d'un état de choses qui ne va pas s'améliorer, tirant les leçons du passé, la Russie est en train de construire sa propre voie pour l'avenir. Le tournant de 2014 a décomplexé la Russie, l'hystérie que nous vivons aujourd'hui lui a définitivement ôté toute illusion quant à ses "partenaires". Ni Occidentale, ni Orientale, un peu des deux, il est temps qu'elle devienne elle-même. Vladislav Surkov, conseiller du Président Poutine, notamment en charge de l'Ukraine, esprit brillant et surprenant, a publié sa vision de l'avenir du pays dans la revue La Russie dans la politique globale. En voici une présentation: la solitude qui va toucher la Russie pour une très longue période n'est pas de l'isolement. C'est le résultat d'un choix supérieur et conscient, celui de l'indépendance.

lundi 9 avril 2018

Le massacre de Douma : le dernier espoir pour la coalition américaine de ne pas perdre la Syrie



La Syrie est quasiment libérée des groupes terroristes et extrémistes soutenus par la coalition américaine, une réunion des chefs d'Etat russe, iranien et turc prépare la paix, la Ghouta est libre à 95% et les terroristes quittent les lieux avec leur famille, les derniers ont passé un accord. C'est à ce moment plus que délicat pour la coalition américaine que soudain, sans aucune raison, une attaque chimique est soi-disant perpétrée le 7 avril dans Douma, encore gouverné par les terroristes pro-occidentaux. Quel intérêt pour Assad? Aucun. Mais toute la communauté internationale le condamne pour cette "possible" attaque. La machine est relancée. La Russie est aussi coupable. C'est le combat de la dernière chance avant l'échec total américain. Jusqu'où seront-ils prêts à aller pour sauver leurs intérêts? Leur peau?

samedi 7 avril 2018

L'opération "Cousine" peut désamorcer l'affaire Skripal




Les miracles s'enchaînent et se ressemblent, période oblige. Pour la Pâques catholique nous avons eu droit au réveil de la fille Skripal, qui se porte vraiment à merveille et déclare que son père va bien et se "repose". Et nous qui les croyons presque morts ... Mais lui aussi revient de l'au-delà, cette fois-ci pour la Pâques orthodoxe. Décidément, Dieu équilibre ses miracles. Toutefois, remettons les choses dans l'ordre, les Anglais n'ont pas de leur plein gré grillés leurs "victimes", ils ont dû trouver une réponse à une cousine envahissante. Ou comment la Russie, elle, a réveillé Victoria. Un petit roman d'espionnage comme on les aime.

jeudi 5 avril 2018

Affaire Skripal: Les leçons à tirer de la réunion de l'OIAC



La réunion de l'OIAC hier n'a produit aucune surprise. L'organisation a soutenu majoritairement la Grande-Bretagne et évidemment refusé à la Russie de participer à l'enquête. La position défensive légaliste de la Russie sur la scène internationale nie une réalité fondamentale: les organisations internationales sont un lieu de combat. Elle ne pourra y trouver ni la vérité, ni la reconnaissance. Il est temps de tirer les leçons de l'affaire Skripal et de cesser de se battre contre le moulin à vent de l'absurde pour aborder le véritable combat.

mercredi 4 avril 2018

Affaire Skripal: Attention, le porridge brûle!



Décidément, cette farce de mauvais goût qu'est l'affaire Skripal marquera les manuels de relations internationales, comme l'évènement caractéristique de la décadence de la diplomatie européenne. Alors que la Russie a demandé la réunion de l'Organisation internationale pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) aujourd'hui, le comportement de la Grande-Bretagne, qui fait de plus en plus penser à un mauvais épisode de Benny Hill, botte en touche la réunion la concernant. Il n'y a donc aucune preuve à présenter? Mais y a-t-il seulement eu empoisonnement? 

mardi 3 avril 2018

Trump invite Poutine à une rencontre bilatérale à Washington: vers une sortie de crise?



Le 20 mars, le président américain D. Trump téléphone à son homologue russe V. Poutine pour le féliciter de sa réélection, contrairement aux instructions reçues de son Administration. A cette occasion, il l'invite pour une rencontre en tête à tête à Washington. Certes, c'était avant. Avant Skripal. Mais la Maison-Blanche vient de confirmer l'invitation. Comment expliquer cette démarche en pleine hystérie internationale? A ce rythme-là, Boris Johnson aura beaucoup de temps pour jouer au laser.

lundi 2 avril 2018

L'intelligence artificielle: pourquoi cette fuite en avant?



L'intelligence artificielle, le numérique, sont devenus l'objet de toutes les attentions, de tous les espoirs, de tous les fantasmes. Est-ce la marque d'un échec à régler les problèmes d'un monde réel devenu trop complexe pour être saisi ou une réelle possibilité d'avenir? Est-ce un progrès ou une fuite en avant? L'insistance avec laquelle l'on veut nous vendre ce nouveau monde laisse perplexe.

vendredi 30 mars 2018

Expulsion des diplomates: la Russie répond



Hier, Sergueï Lavrov, ministre des Affaires étrangères, a annoncé les réponses du pays face aux expulsions en chaîne de diplomates russes dans les pays de la "coalition Skripal". Au-delà de l'expulsion symétrique de diplomates, quelques mises au point. Une réponse qui manifestement ne plait pas. Pour des raisons évidentes.

jeudi 29 mars 2018

Le TPU : Donbass met en place un Tribunal populaire ukrainien contre les crimes commis par le régime post-Maïdan



Ce 20 mars, les habitants de DNR et LNR ont entériné la création d'un Tribunal populaire ukrainien (TPU) devant juger des crimes commis par le régime putschiste ukrainien qui s'est emparé du pouvoir à Kiev après le Maïdan en 2014. Parallèlement, les recours sont régulièrement envoyés au Tribunal pénal international et à la CEDH. L'intérêt est de fixer juridiquement les crimes commis par le groupe de politiciens agissant depuis 2014 au nom de l'Ukraine.

mercredi 28 mars 2018

Foot et racisme: la Russie highly likely infréquentable!


A la Une des médias français après le match amical du 27 mars, remporté par l'équipe de France contre la Russie à Saint-Pétersbourg: l'équipe victime de racisme de la part des supporteurs russes. Enfin, on l'aurait entendu. Certains le disent. Et les internautes aussi. "Highly likely" a encore frappé, car finalement est-il bien raisonnable de venir en Russie pour le Mondial de cet été? Juste une question en passant ... Rien de personnel, mais , quand même ... Highly likely que pas vraiment.

mardi 27 mars 2018

Billet d'urgence: l'expulsion des diplomates russes nous entraîne dans une période de forte instabilité internationale



Comme l'on pouvait s'y attendre, après la Grande-Bretagne, au moins 22 pays se lancent à qui mieux mieux dans le grand mouvement d'allégeance atlantiste et chacun apporte sa contribution à la fin du monde issu de la Seconde Guerre mondiale, sans pour autant avoir la moindre idée du monstre que leur docile fadaise enfante. Plus de 113 diplomates russes expulsés dans les jours qui viennent de part et d'autre de l'Atlantique ne vont certainement pas permettre de résoudre l'affaire Skripal. Alors quel est l'enjeu de cette manoeuvre?

lundi 26 mars 2018

La tragédie de Kemerovo va-t-elle enfin faire sortir la Russie du culte primaire du business?



Hier, l'énorme complexe commercial de Kemerovo a brûlé. Au moment où j'écris ce texte, l'on compte plus de 50 morts, des dizaines de blessés et de disparus, dont de nombreux enfants (une classe entière était dans les locaux). Une telle catastrophe a été possible car la signalisation d'incendie n'a pas fonctionné, ni les extincteurs automatiques. Les pompiers ont travaillé 19 heures. Pourquoi, il y a dû y avoir des vérifications de sécurité incendie dans un centre avec des cinémas, un petit zoo, une patinoire etc.? Et bien non, car l'Ombudsman des entrepreneurs, B. Titov, a réussi a obtenir en 2015 une suspension de trois ans du contrôle d'Etat "qui étouffe le business". Et cela concerne les normes incendies. Etrangement, Boris Titov n'a pas présenté ses condoléances aux familles victimes de son initiative législative - qui, paraît-il, doit être prolongée et généralisée à toutes les formes de contrôle. Peut-être le désastre de Kémérovo sonnera-t-il la fin de la sacralité primitive du business en Russie?

vendredi 23 mars 2018

"Parent 1 - Parent 2" ou la dictature de la minorité



La mairie de Paris vient de décider de modifier les actes d'état civil et de remplacer les mentions "père" et "mère" par "parent 1" et "parent 2". Derrière l'affirmation d'un changement massif de moeurs, l'on voit surtout une démarche idéologique d'une minorité voulant imposer sa manière de vivre à une majorité. Obliger l'homme à changer de l'intérieur, c'est la définition même des idéologies totalitaires. C'est la caractéristique principale de l'idéologie aujourd'hui politiquement dominante qui veut changer la société et l'homme.

jeudi 22 mars 2018

Billet du jour: Cachez-moi ce Sloutski que je ne saurais voir!



La vague anglo-saxonne du harcèlement sexuel est arrivée en Russie, néo-féministes du monde entier unissez-vous, le jour de gloire est arrivé! Mais comme les femmes russes sont depuis longtemps libres, considérées égales aux hommes et n'ont donc pas besoin d'être "libérées", il a bien fallu les aider à comprendre l'urgence de rejoindre la mode globale. Ici comme ailleurs, l'aide est venue de nos chers amis d'Outre-Atlantique en la personne de journalistes travaillant pour ou avec les médias anglo-saxons en Russie et ce contre le député Léonid Sloutski, celui-là même qui fait venir tant de politiciens européens en Crimée. Un scandale qui ne cesse de grandir, car la Russie ne joue pas le jeu. 

mercredi 21 mars 2018

Affaire Skripal: Moscou invite les ambassadeurs accrédités pour en discuter



L'affaire Skripal continue à miner l'actualité internationale (voir nos articles ici et ici sur le sujet). Les diplomates russes expulsés rentrent en Russie, la Grande-Bretagne ne fournit toujours aucune preuve et les grandes déclarations prospèrent. Face à cette hystérie, la Russie invite ce mercredi les ambassadeurs accrédités à une réunion au ministère des affaires étrangères. Mais auront-ils le courage d'y aller?

mardi 20 mars 2018

Syrie: les uns exfiltrent les terroristes, les autres évacuent les civils



La Syrie reste décidément le symbole de la dangereuse hypocrisie du clan atlantiste. Pendant que la Russie aide Assad à évacuer les civils de la Ghouta, le Conseil de sécurité sort de ses compétences pour traiter de manière "informelle" la situation des droits de l'homme en Syrie, oubliant de soulever la question de l'exfiltration par la coalition américaine d'un groupe de chefs de l'état islamique. A chacun sa guerre, semble-t-il.

lundi 19 mars 2018

Les électeurs russes ont majoritairement renouvelé leur confiance à V. Poutine



Dans un contexte international plus que soutenu, la Russie vient hier de procéder aux élections du chef de l'Etat pour les six années à venir. Sans que l'on puisse parler d'un véritable suspense, V. Poutine a été très largement réélu, avec un score de 76,66% des voix. L'intérêt de ces élections est ailleurs. Il consacre surtout l'impasse de l'opposition politique qui ne peut manifestement tirer les leçons de ses échecs passés et les reproduit avec une passion toujours renouvelée. Mais ces élections renforcent aussi le Président dans son cours légitime, alors que les attaques extérieures sont particulièrement violentes. 

vendredi 16 mars 2018

De la Ghouta à Londres: le club Atlantiste a déclaré la guerre à la Russie



Près de 12 000 civils ont pu fuir la barbarie des islamistes dans la Ghouta Orientale grâce aux corridors humanitaires mis en place et protégés par les armées syrienne et russe, contre les menaces occidentales. La réaction du bloc atlantiste ne se fait pas attendre, presses et institutions main dans la main: il est urgent de faire tomber Assad et la Russie doit se retirer "et la fermer", pour citer les paroles du ministre britannique de la Défense. Pourquoi cette hystérie? Et s'il s'agissait d'un projet beaucoup plus profond: remettre en cause l'ordre international issu de la Seconde Guerre mondiale et garantir l'avènement de l'Atlantisme, support politique du globalisme. De la Ghouta à Londres, le but final semble être le Conseil de sécurité, qui entérinerait l'Atlantisme triomphant.

jeudi 15 mars 2018

Les grands moments des "débats" de la campagne présidentielle en Russie : beaucoup d'inconsistance et autant de questions



La campagne électorale en Russie tire sur sa fin, et l'on a envie de s'écrier "Enfin!", vu le niveau particulièrement déplorable de ce qu'il est difficile d'appeler des débats. Une opposition qui réclamait du temps d'antenne, qui l'a obtenu et qui se trouve face à son incompétence politique. Si cet état de fait laisse une impression plus désagréable que de danger, l'inconséquence de l'opposition russe pose de sérieuses questions pour les prochaines élections présidentielles - la carte Poutine ne sauvera pas le jeu.

mercredi 14 mars 2018

Comment les Etats-Unis veulent protéger les terroristes de la Ghouta



L'empressement avec lequel les Etats-Unis et leurs satellites prennent fait et cause pour les groupes terroristes affiliés à Al Qaida, se trouvant dans la Ghouta Orientale, laisse supposer une forte collusion entre eux. Mais jusqu'où seront-ils prêts à aller? D'autant plus que la Russie s'est déclarée prête à réagir à tout bombardement américain aux portes de Damas.

mardi 13 mars 2018

Thérésa May fait monter la campagne anti-russe d'un degré supplémentaire



L'empoisonnement à Londres le 5 mars de l'ancien agent russe travaillant depuis pour le MI6, Serguei Skripal, dont nous avions parlé ici, ne cesse de prendre de l'ampleur. Thérésa May vient de déclarer hier que la substance utilisée vient de Russie, ce qui prouve certainement la responsabilité de l'Etat russe. Ce qu'elle va considérer comme un acte d'agression contre la Grande-Bretagne, si la Russie ne fournit pas des explications convaincantes d'ici ce soir, mardi. Pour autant, nous ne sommes pas à l'époque des héros, et la Grande-Bretagne se trouve bien embarrassée avec cette pseudo déclaration de guerre. La double absurdité de cette sortie politique, concernant le fondement et les implications, oblige à s'interroger sur son but réel. A jouer à se faire peur, on finit par avoir peur.

lundi 12 mars 2018

Ukraine: du Pardon à l'Absurde



L'un des anciens députés de Timoshenko vient de ressortir une idée qui traîne quelque peu dans les couloirs ukrainiens, censée permettre de sauver l'unité du pays en dehors des accords de Minsk: les habitants de Crimée et du Donbass devront, dès la "libération" du territoire de l"occupation" russe, demander pardon aux Ukrainiens devant la justice. Ainsi tout sera pardonné, tout sera oublié, et l'Ukraine pourra vivre unie - comme par le passé, avant le Maïdan. Il semblerait que la politique ukrainienne, incapable de construire la réalité voulue, entre totalement dans le déni.

samedi 10 mars 2018

Sergueï Skripal: cet espion qui tombe à pic



Sergueï Skripal, de nationalité russe, ex-agent du GRU (service du renseignement militaire russe), retourné par les services de Sa Majesté, vient d'être retrouvé inconscient à Londres, sur un banc, avec sa fille. Pour autant, la Russie est coupable. Sans être particulièrement originale, la démarche est prévisible. Vivement, la fin de la campagne électorale, que les "partenaires" occidentaux reprennent un peu leur soufle, ils font bientôt nous faire un burned-out à ce rythme-là.

jeudi 8 mars 2018

Groudinine: la fin d'une carrière éphémère?



Pavel Groudinine semble s'inscrire dans la lignée de ces hommes politiques qui, comme nous l'avons vu en France, ont développé une "allergie fiscale". Cette allergie très sélective est manifestement contagieuse et s'est emparée du Parti communiste russe. Avec Groudinine, le PC tentait une opération de transformation vers une version post-moderne du socialisme teintée de nationalisme primitif, le tout tourné vers le business, une vision censée être "plus réaliste" et moins "idéologisée". Bref, un Parti communiste décommunisé. Le porte-drapeau de la transformation a été particulièrement mal choisi. Après les biens immobiliers familiaux découverts à l'étranger, le scandale de ses comptes en Suisse ne cesse de grandir. La Commission électorale a décidé de rendre l'information publique, mettant à mort politique l'homme d'affaires, évitant de créer une victime "du régime".

mardi 6 mars 2018

Synthèse du rapport du Conseil de la Fédération sur l'ingérence américaine dans les affaires intérieures russes



Ce lundi 5 mars 2018, la Commission temporaire du Conseil de la Fédération pour la défense de la souveraineté de l'Etat et sur la prévention de l'ingérence étrangère dans les affaires intérieures russes vient de rendre son rapport annuel. A l'heure où la Russie est accusée de toutes parts de régenter les élections dans les pays où il se trouve que la voix populaire ne corresponde plus suffisamment, voire plus du tout, à la doxa atlantiste, voici un état des lieux de l'interventionnisme occidental dans les affaires russes. Une partie du rapport est classifié secret, il sera rendu public après les élections présidentielles. C'est aussi un avertissement.

Nous vous en proposons ici une synthèse, soulignant à quel point la politique américaine visant à garantir son hégémonie, à asservir les Etats qui peuvent être alliés et à détruire ceux qui pourraient devenir dangereux est une constante depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. La stratégie mise en oeuvre est particulièrement complexe et globale. 

lundi 5 mars 2018

Marina Menchikova: la nouvelle victime sacrificielle du régime ukrainien



Ce 26 février, Marina Menchikova, activiste anti-Maïdan, a été retrouvée morte dans sa cellule, où elle se serait suicidée. Marina Menchikova s'est retrouvée dans cette cellule après qu'un magistrat en Crimée ait décidé de suivre la loi à la lettre et de la renvoyer en Ukraine après ses 90 jours de séjour en Russie. La député Poklonskaya demande à réfléchir sur le sort de cette femme et des Ukrainiens se trouvant en Russie. Comment cela a-t-il pu arriver?

vendredi 2 mars 2018

Discours de V. Poutine devant le Parlement russe: de la révolution technologique à la révolution nucléaire



Hier, 1er mars 2018, le Président russe V. Poutine a fait un discours très remarqué dans la presse étrangère devant le Parlement russe, réuni pour l'occasion au complet, avec le Gouvernement et des personnalités de la société civile. Ce discours programme de près de deux heures était adressé à deux publics: national en présentant le virage économique que doit prendre le pays ces prochaines années, et extérieur en cette période particulièrement conflictuelle. Révolution technologique accompagnée d'une révolution nucléaire. Voyant la réaction de la presse internationale, la mise au point a fonctionné. La Russie s'est à nouveau imposée comme acteur majeur de l'équilibre stratégique mondial, équilibre qu'elle annonce avoir rétabli.

jeudi 1 mars 2018

Quelle réalité la CEDH refuse de voir dans le Donbass? Interview exclusive de N. Tkatchik, avocate



Nous avions parlé il y a quelques jours de cette décision surprenante de la CEDH concernant l'obligation de versement par l'Ukraine des retraites aux habitants du Donbass (voir notre texte ici). La Cour avait très hypocritement conclu que vues les circonstances, l'Ukraine avait fait tout ce qu'elle pouvait en instaurant une juridiction en dehors de la zone qu'elle ne contrôlait pas militairement et que les habitants du Donbass, cette fois-ci sans tenir compte pour eux de la réalité du conflit, pouvaient sans difficultés se déplacer et obtenir justice devant les juridictions ukrainiennes et satisfaction devant les administrations ukrainiennes.

Puisque derrière le droit, et encore plus en ce qui concerne des décisions de justice, il y a des hommes et des femmes, des destins brisés, des souffrances et des espoirs, je me suis adressée à Mme Natalia Tkatchik, l'avocate qui a représenté une partie des plaignants. Notamment sa mère. Voici son histoire. Une histoire que la CEDH n'a pas voulu entendre. Une CEDH qui semble elle aussi être devenue partie prenante au conflit.

Non, ni l'avocate ni la plaignante ne peuvent se déplacer, car N. Tkatchik est dans la base de données  ukrainienne Mirotvorets, en faisant une terroriste. Non, les gens n'obtiennent pas toujours les documents des administrations ukrainiennes. Et les déplacements ne sont pas toujours sans risque. Physique. 

mercredi 28 février 2018

Serebriakov: de l'impudence à l'aveuglement de l'intelligentsia russe



Depuis une dizaine de jours, l'acteur russe Alexeï Serebriakov fait parler de lui. Sur le mode traditionnel du dénigrement, il jette en pâture l'image d'une Russie brutale et d'un peuple dégénéré. Critiquant l'arrogance et la grossièreté, ne se rendant pas compte qu'il reproduit ce même schéma, celui tant attendu par l'Occident de la part d'un Russe. Mais ce qui attire le plus l'attention dans ces critiques, répétées et assumées, c'est l'impossibilité de voir le problème dans sa totalité: la dégradation du niveau culturel des sociétés contemporaines, qui est un fait, n'est pas un phénomène spécifiquement russe, mais global, consécutif aux mécanismes portés par la globalisation. Or, si l'intelligentsia est toujours prompte à attaquer "le pouvoir", elle est d'une cécité bassement soumise avec l'Occident.

mardi 27 février 2018

Syrie: Et si l'on parlait de Raqqa?

Une habitante de Raqqa après la libération de la ville par la coalition américaine


Alors que tous les projecteurs des médias occidentaux sont volontairement braqués sur la Ghouta (voir notre texte ici), fief terroriste que la Syrie et la Russie ont le malheur de combattre, alors que des larmes de crocodiles sont versées au rythme des montages réalisés par les Casques blancs sur un tempo donné par l'OSDH pour ces pauvres enfants dans la poussière, il est temps de rediriger le projecteur.
Le ministre russe de la Défense propose ainsi une nouvelle direction: Raqqa. Ville ravagée et abandonnée à elle-même après les bombardements de la coalition américaine.
Bonnes âmes occidentales, à vos mouchoirs, l'heure est venue.

lundi 26 février 2018

Ghouta: la population prise en otage des intérêts de la coalition américaine



Le 24 février, le Conseil de sécurité de l'ONU a adopté à l'unanimité une résolution prévoyant la mise en place d'une trêve humanitaire de 30 jours en Syrie. Tout l'intérêt de ce texte réside dans ses possibilités d'interprétation: contre qui et où le cessez-le-feu doit-il être en vigueur? En effet, inclure les groupes terroristes serait le meilleur moyen de leur donner une période repos pour refaire leurs forces, mais les terroristes des uns ne sont pas les terroristes des autres. Vue la manière dont la presse occidentale pleure les "civils" de Ghouta sur injonction de l'OSDH, il semblerait que la coalition américaine refuse de lutter contre les groupes d'Al Quaida qui s'y trouvent. Et la population civile syrienne reste prise en otage de la politique américaine, dans cet habituel silence médiatique consentant.

jeudi 22 février 2018

Billet du jour: Wauquiez met le système politique français face à son inconsistance



La tornade Wauquiez s'est emparée de l'espace politique français. Mais quelle tornade? Douze heures de cours et un journaliste mal intentionné qui contacte des étudiants pour qu'ils enregistrent en cachette des propos pour ensuite les monter en fonction de la commande passée. Le pire restant à venir, Laurent Wauquiez rejette la règle sacrée du jeu : il ne s'excuse pas, il assume. Une tornade dans un verre d'eau qui nous en dit long sur l'état de déliquescence avancé de notre système, qui n'a plus grand-chose de politique.

mercredi 21 février 2018

La Russie hésite encore quant à la virtualisation totale de l'Etat



L'une des caractéristiques de la globalisation est justement d'être ... globale. La Russie, intégrée dans les logiques mondialistes, comme tous les pays aujourd'hui, est confrontée à l'un des enjeux les plus sérieux qui se posent aux Etats postmodernes: comment concilier sécurité nationale et  numérisation dans un monde où le terrorisme est aussi puissant dans le monde virtuel que sur la terre ferme? Pour autant, la numérisation est un dogme de la globalisation et comme il est bien connu, les dogmes, ça ne se discute pas. Heureusement, la Russie discute encore et hésite sérieusement.

mardi 20 février 2018

Tchourkine ou le management: deux visions stratégiques antagonistes



Il y a un an, le 20 février 2017 décédait subitement Vitaly Tchourkine, figure incontournable de la diplomatie russe. Une vitalité d'esprit incroyable, soutenue par une culture dont beaucoup aimeraient posséder le dixième, sans failles au service de son pays, de sa patrie. Un style soutenant une volonté de fer. Une carrure - peut-être d'une autre époque. De celle de la connaissance et non des compétences. De la souveraineté et non du globalisme. Deux visions incompatibles de la gouvernance: Tchourkine ou le management.

lundi 19 février 2018

Etats-Unis / Russie: un dialogue de sourds qui ne peut que se radicaliser



Les relations entre les Etats-Unis et la Russie continuent à se dégrader, tant directement (sanctions) que sur les "fronts transversaux" que sont l'Ukraine et la Syrie. D'un autre côté, il n'y a aucune raison pour que la situation se stabilise: le "globalisme américain" ne peut tolérer l'existence d'une résistance, si hésitante soit-elle au risque de ne plus être global et la Russie surfe toujours sur cette hésitation , entre intégration économique et revendication souverainiste.

vendredi 16 février 2018

Quand Tourchinov reconnaît le soutien populaire massif en Crimée pour la Russie



Quand A.Tourchinov, le pasteur sanglant, pilier du Maïdan qui a très démocratiquement cumulé les fonctions de président de la Rada et de Président du pays jusqu'à l'élection de Poroshenko, déclare devant la justice et répète devant la télévision ukrainienne qu'il fut impossible de mener une opération en Crimée en 2014 en raison du soutien populaire et de la "traitrise" des officiers du SBU, l'on se demande de quelle annexion l'Occident - et l'Ukraine - peut encore parler ...

jeudi 15 février 2018

Les pensions de retraite: la CEDH prend fait et cause pour l'Ukraine ... contre le droit



A force de vouloir prendre fait et cause pour l'Ukraine, la CEDH rend des décisions de plus en plus étranges. Non seulement elles se contredisent sur le fond les unes les autres, mais elles portent même des contradictions juridiques internes. Tel est le cas de la très surprenante décision de la juridiction européenne accordant le droit à l'Ukraine de ne pas payer les pensions de retraite et diverses prestations sociales aux habitants du Donbass. 

mercredi 14 février 2018

Halbe Zijlstra: symbole de la Fake politique



Dès qu'il s'agit de la Russie, il semblerait qu'une étrange machine à fantasmagorie se mette en marche et pousse les politiques européens, ou américains, à se jeter à plein perdu dans un monde magique, totalement reconstruit sous le pouvoir de leurs fantasmes. Ainsi, le très éphémère ministre des Affaires étrangères néerlandais, H. Zijlstra, vient de payer de son siège ses affabulations au sujet de grands plans géostratégiques de Poutine. Quand la poutinophobie sert de politique, la grandeur passée de l'Europe se fane.

mardi 13 février 2018

Quand Soros finance le mouvement anti-Brexit, ce n'est pas de l'ingérence ...



Après l'hystérie qui s'est emparée des Etats-Unis, puis évidemment de l'Europe, quant à la présupposée et tant décriée ingérence de la Russie dans les élections un peu partout dans le monde, le silence consentant qui entoure la décision de Soros de financer le mouvement anti-Brexit, remettant en cause le vote populaire, fait légèrement sourire ... La démocratie des uns n'est manifestement pas celle des autres.

lundi 12 février 2018

Opération "mains propres" dans la république russe du Daghestan



Le nouveau gouverneur Vladimir Vassiliev, pour l'instant nommé par intérim en attendant les élections, a ouvert la chasse aux schémas mafieux qui infestaient le Daghestan. Arrestation des principaux figurants, démission collective du gouvernement local, contrôle des fonds sur lesquels les hauts fonctionnaires se font construire (illégalement) des palais sur les bords de la mer Caspienne. La tolérance face à la corruption appartient à une autre époque, la volonté politique d'en finir avec ce système féodal est affirmée.

samedi 10 février 2018

Les Etats-Unis continuent à bombarder les alliés de l'armée syrienne




Alors que la légitimité de la présence militaire des Etats-Unis en Syrie est plus que sujette à question, l'armée américaine vient de bombarder encore une fois des forces pro-syriennes, luttant contre les poches de terroristes restantes sur le sol de leur pays. La Russie a qualifié cela de "crime". Et il est certain que ce ne sera pas le dernier: le conflit syrien étant un conflit périphérique et non primaire.