L'ACTUALITE RUSSE EN FRANCAIS MISE AU POINT PAR RUSSIE POLITICS SUR Facebook ET Twitter!

mardi 27 décembre 2016

Tu 154: L'incompréhensible crash de l'avion militaire russe à Sotchi



Noel, cette année, a été endeuillée par un tragique évènement: le crash d'un avion militaire russe à Sotchi, avec à son bord 9 journalistes, le Choeur Alexandrov et l'humanitaire Docteur Liza, se rendant en Syrie pour soutenir les militaires russes et apporter des médicaments pour les civils. A un peu plus de 5h du matin, après 7 minutes de vol, il s'écrase dans les eaux côtières. 92 personnes, 92 morts. 

Il est difficile de traduire l'émotion qui s'est emparée de la société russe. Le Choeur Alexandrov est un symbole, une force, depuis sa première prestation en 1928. Il a accompagné les hommes au front lors de la Seconde guerre mondiale, a été présent sur tous les lieux de conflits, se produit dans le monde entier. Churchill, en 1945, disait de lui qu'il était l'arme chantante de l'Union soviétique.

Elizabeth Glinka est née à Moscou d'une famille de militaire et de médecin. Elle fait sa médecine, épouse un avocat belge d'origine russe, Glinka, et part aux Etats Unis avec lui en 1986, où elle va se spécialiser dans les soins paliatifs. Elle participe à la création de la première unité de soins paliatifs à Moscou, ensuite part avec son époux deux ans à Kiev à la fin des années 90, travaillant dans des projets américains liés au domaine médical. En 2007, à Moscou, elle va fonder sa Fondation financée par le parti Russie Juste, entrera dans l'activisme politique un instant avec la Ligue des électeurs qui doit surveiller les élections dans la foulée de Bolotnaya. Toutefois, si elle est profondément ancrée, de part son parcours, dans le clan de d'opposition libérale, elle ne prend pas de position politique particulière et s'en éloigne petit à petit. A partir de 2014, même si son discours ne change pas, elle va s'investir pour aider les enfants du Donbass victimes des bombardements ukrainiens, puis prolonge son action en Syrie. Des centaines d'enfants lui doivent la vie.

En coulant au fond de la mer, cet avion a emporté avec lui des symboles vivants, forts, qu'il sera impossible de remplacer prochainement. 

Mais que s'est-il passé? Ici, la communication cahotique laisse à désirer. Les services répètent comme une incantation qu'il ne s'agit pas d'un acte terroriste. Une véritable incantation. Et aucune version n'est totalement plausible. 


Selon le FSB et le Ministère des transports en charge de l'enquête sur les causes de cette tragédie, il y a quatre explications prioritaires:
  1. intrusion de corps étrangers dans les moteurs - peut être une attaque groupée de canards sauvages pour toucher simultanément les 3 moteurs?
  2. essence de mauvaise qualité - finalement, après vérification, il a été prouvé que tout était correct
  3. erreur de pilotage
  4. problème technique
Mais, rien à ce jour ne permet de dire qu'il s'agit d'un attentat.

La première boîte noire vient d'être retrouvée et espèrons qu'elle donnera plus d'informations et permettra une communication plus cohérente que ce à quoi nous avons assisté depuis dimanche.

Rappelons certains faits: 
  • En dehors des 13 corps retrouvés, l'on a également trouvé 160 morceaux de corps.
  • Le fuselage de l'avion est en morceaux, notamment de petits morceaux, en plus des morceaux de moteurs et différents éléments de l'appareil.
  • Tout s'est passé tellement vite que les pilotes n'ont pas pu signaler quoi que ce soit à la tour de contrôle, ni même appuyer sur le bouton de SOS. 
Dimanche, l'on apprend que l'arrêt à Sotchi n'a rien d'extraordinaire, cela se fait courament lorsque l'avion doit continuer en Syrie, un des journalistes à bord envoie un message depuis le départ à Moscou disant que le vol doit prendre environ 5h, mais s'ils s'arrêtent comme prévu à Sotchi, ça pourra prendre plus longtemps.

Depuis Lundi, la communication dérape. Le mot est simple: ce n'est pas un attentat. A aucun prix. Semblerait-il même à celui de la réputation. Dans le désordre.

Les médias lancent que parmi les corps remontés, certains avaient des gilets de sauvetage. Donc ... donc ... c'est un accident. Le ministère de la défense réagit immédiatement, vertement, et qualifie cela "d'insinuations ignobles".

Sur les plateaux de télévision, chacun fait son focus. Sur Rossiya 24, dans l'émission Fakty (Les faits), l'on est noyé sous les détails techniques des courants marins, du relief des fonds, des fiches techniques de l'avion, des appareils de recherches etc. Sans aucune analyse. Dans l'émission 60 minutes sur Rossiya 1, les experts vantent la qualité de la formation des pilotes, la robustesse de l'avion, la minutie dans le contrôle. Dès que la conversation glisse, donc, vers l'attentat, dernière explication possible, là aussi, c'est impossible: les contrôles sont sérieux. Bref, c'est impossible, car c'est impossible.

Dans la presse, l'on voit apparaître des articles expliquant que l'attentat est impossible car ... il ne devait pas aller à Sotchi, mais à Mozdoka. Toutefois, en raison du mauvais temps, au denier moment, sans que personne ne soit au courant, en cours de route, il s'est détourné vers Sotchi.... Soit, le journaliste qui parlait de Sotchi avant même que l'avion n'ait décollé de Moscou était alors visionnaire.

Et plus le temps passe et plus l'hystérie gagne les "sources" journalistiques. L'on frôle la science-fiction aujourd'hui. L'idée qui semble vouloir être "vendue" est que les pilotes auraient tenté de poser l'avion sur la mer, mais sans succès.

Ainsi, alors que dimanche soir l'on sortait comme témoin un "pêcheur" qui n'aurait pas du tout entendu d'explosion - donc ce n'est pas un attentat, le plus important - aujourd'hui, il faut aller plus loin, le pêcheur ne fait plus le poids. Apparaît tel un deus ex machina un garde-frontière qui, lui, sur son petit bateau, aurait absolument tout vu ... mais rien dit jusqu'à présent... Ce témoin surprise explique que l'avion tanguait, que les pilotes ont tenté de le poser, mais le choc avec la surface a fait se détacher la queue et l'avion a coulé. 

Donc, les pilotes n'ont pas eu le temps d'appuyer sur le bouton SOS, car nous disait-on c'est allé trop vite et ils n'ont pu réagir. Mais, ils ont eu le temps de tenter un amerrissage. Sans contacter la tour de contrôle. Et le garde frontière, n'a pas signalé le lieu du crash, puisqu'il a fallu plus d'une journée pour trouver le lieu exacte. Même si la zone des recherches ne cesse d'être élargie. Et encore, malgré un amerrissage, les corps sont en morceaux, les moteurs aussi et le fuselage, n'en parlons pas. Soit ...

Espèrons que la boîte noire donnera des explications plus plausibles. Car, pour l'instant, ce qui s'est passé est incompréhensible. Contre la thèse de l'attentat: les morceaux remontés, selon le FSB, ne portent pas de traces d'explosifs.

Dans tous les cas, le FSB a entièrement raison: ce n'est pas un attentat. Dans tous les cas, cela n'a rien à voir avec du terrorisme: soit une erreur de pilotage ou un défaut technique, soit c'est beaucoup plus qu'un attentat. Car ce n'est pas un groupe extrémiste qui pourrait faire tomber ainsi un avion militaire partant d'un aérodrome russe. Dans ce cas, les implications seraient beaucoup plus graves et dépasseraient de loin la question terroriste.

Laissons donc l'enquête se dérouler et espèrons que la communication se calmera, que l'on n'assistera pas à une guerre interne des structures pour se dédouaner de ce qui est arrivé, ce que laisse à penser ces couacs médiatiques. Parfois il vaut mieux ne rien dire que sortir ce genre d'affabulations, au minimum par respect pour les familles de ceux qui ont péri. Dans ce qui est une véritable tragédie, humaine et symbolique. C'est pourquoi, qu'il s'agisse d'un acte volontaire ou d'un accident, dans tous les cas, la société attend une réaction forte de l'Etat.

Vidéo sur les morceaux sortis de l'eau:


Dernière conversation entre les pilotes et la tour de contrôle, tout est normal:


Emission 60 minutes du 26 décembre sur les causes possibles du crash:











22 commentaires:

  1. Bien entendu, il ne s'agit d'aucune façon d'un "attentat" islamiste puisque les terroristes l'auraient déjà revendiqué.

    Quant à l'accident technique ou à l'erreur de pilotage, rien ne colle.

    A mon sens, quelque chose de bien plus terrible est à l'oeuvre, dont le gouvernement russe ne peut et ne veut -au moins pour le moment- dévoiler la nature.

    Pour l'instant unissons-nous dans le recueillement et la prière en hommage aux victimes de cette épouvantable tragédie.

    L'heure de la vérité viendra, soyons-en sûrs.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est aussi mon opinion. Les autorités russes traînent la récupération et le déchiffrage des boîtes noires, c'est visible. Un jour on apprend que les trois boîtes ont été retrouvées, le lendemain on nous dit qu'une boîte est sérieusement endommagée !

      D'après le temps de vol et distance de la côte, l'avion ne pouvait pas être déjà en grande altitude. Pour un exemple, le Boeing du vol MH17 avait tombé sur terre depuis une altitude de 10 000 mètres et pourtant ne s'est pas émietté comme le Tu-154 sur une surface de mer.

      Une rumeur veut que la présence des navires de guerre électronique français et américains étaient dans la zone à ce moment-là, et qu'ils auraient pu exercer une interférence à distance sur les contrôles du Tu-154.

      En saurons-nous la vérité, un jour ?

      Supprimer
  2. J'ai aussi été étonné de l'annonce quasi immédiate que ce n'était pas un attentat. Après l'ambassadeur, le diplomate, Moscou veut peut être dissimuler une attaque qui ferait 'beaucoup' en devant admettre que les russes sont des cibles de foire en ce moment. Mais avec la pleine cargaison de symboles que transportait l'avion (syrie, noel, arme chantante, mere theresa à la russe etc...) dur de ne pas y penser

    RépondreSupprimer
  3. Un chœur qui demeurera à jamais dans nos cœurs
    Douleurs et affliction immenses partagées dans le monde entier car les chœurs de l'armée rouge faisaient partie du patrimoine culturel et historique mondial.
    Ils étaient aussi, de fait, les gardiens de l'histoire vraie sur lequel se brisaient d'elles mêmes les offenses révisionnistes.
    Nous les pleurons …et pensons à leurs familles.
    Que renaissent ces chœurs ainsi ils seront immortels....2712pg
    https://www.youtube.com/watch?v=3ps2jv0NpD8

    RépondreSupprimer
  4. En effet l’erreur de pilotage ou accident technique semblent improbables au vu de ce que nous savons. Il est plus probable que l'avion ait explosé soudainement, il y a ce flash repris par des caméras de surveillance concordant avec l'heure de disparition des radars. Une explosion aurait pu être provoquée par un écroulement structurel du TU, un missile sol-air ou une bombe à bord. Le rayon des débris et les corps déchiquetés tendent à valider une explosion. L'avion a explosé seulement deux minute après son départ. S'il n'avait pas changé de route, ou aurait-il explosé?

    L'empressement avec lequel la théorie de l'attentat a été écartée est suspect et semble une annonce politique plus que technique, peut-être pour ne pas affoler la population, après le drame de l'ambassadeur, ou, comme induit dans cet article ainsi que le commentaire ci dessus, le FSB sait quelque chose qu'il tait.

    Il reste que les menaces explicites d'Obama résonnent en sourdine au dessus de ce tragique événement, hautement symbolique par la composition de l'équipage, la destination du vol, les appareils médicaux et médicaments, c'est un hasard curieux, mais en est-ce un?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et si la thèse de l'attentat à distance s'avère, la question est : qui a vendu la mèche à propos de l'importance des passagers, de la destination, et de l'horaire de ce vol ? toute la question est là.

      Supprimer
  5. Aux dernières nouvelles, il semble que l'incident soit dû à un problème de volets ce qui expliquerait l'impossibilité de prendre de l'altitude et le crash. Cependant, ce flash dans le ciel repéré sur les caméras reste intrigant.

    RépondreSupprimer
  6. Merci des précisions apportés par votre article ... attendons la fin de l'enquête et pensons aux familles atteintes par ce drame .

    RépondreSupprimer
  7. voici ce qu'en pense le Saker US : http://lesakerfrancophone.fr/la-catastrophe-du-tu-154-de-larmee-russe-premieres-breves-reflexions

    RépondreSupprimer
  8. Chére Madame,sans faire de jeu d'esprit trés mal venu, une coquille s'est glissée dans votre article: " fusillage " au lieu de " fuselage". Ce qui ne réduit en rien la pertinence habituelle de vos articles. Joel Paumond

    RépondreSupprimer
  9. Question : toucher en plein cœur le peuple russe en tuant un de ses symboles, pourrait-il conduire à fissurer le lien qui existe entre la population russe et son président.
    Autrement dit, qui aurait intérêt, dans la situation internationale actuelle, à augmenter le nombres de morts russes, dans le but de contraindre V.Poutine à une politique étrangère et intérieure plus aux faits des désidératas occidentaux et anglo-saxons, au risque de ce mettre à dos, une population qui en aurait assez des souffrances que le monde presque entier lui fait subir.

    Ceci n'est qu'une question bien sur.Mais, avec le temps et l’expérience des coups fourrés de nos "amis américains", on finit par se mettre à la place de Machiavel, en imaginant les plans qu'il pourrait élaborer.
    Et puis, l'élection présidentielle russe est pour bientôt.

    J'espère me tromper.
    Cependant, Brzezinski n'est pas russe : il est américain, et sa perfidie à fait plus d'un émule au royaume du dollar.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pire qu'américain, il est polonais d'origine. C'est dire la haine farouche (et parfaitement abjecte au regard du comportement du gouvernement polonais juste avant la Seconde guerre mondiale) qui anime ce vieux débris inhumain !

      Supprimer
  10. http://numidia-liberum.blogspot.it/2016/12/confirmation-le-crash-de-lavion-russe.html

    CONFIRMATION : le crash de l'avion russe Tu-154 a été causé par une attaque radio-électronique

    Nous avons vu, dans notre article C’est la CIA qui a causé la chute catastrophique de l’avion russe en Mer Noire , que cette chute est due à une attaque radio-électronique commanditée par la CIA. Selon l’expert russe Alexandre Artamonov, les exécutants pourraient être des navires français qui étaient présents en Mer Noire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si c'est avéré, c'est la NATO/CIA. L'OTAN a fait des exercices similaires dans le cadre du BREEZE 2014, Nato electronic warfare exercises. Il a été plusieurs fois mentionné qu'ils sont capables de prendre les commandes d'un avion en "remote".

      Supprimer
    2. Si cela s'avère, les militaires de l'OTAN deviendraient donc des terroristes à part entière car cet avion russe ne transportait pas de soldats mais un choeur et des civils.

      Supprimer
  11. J'espère qu'il ne s'agit que d'un triste accident car s'il s'avérait que cette tragédie a été planifiée, les conséquences pourraient être désastreuses.

    Qu'ils reposent en paix !

    RépondreSupprimer
  12. Réponses
    1. Bonsoir, je l'ai entendu dimanche soir, je ne sais plus si c'était sur NTV ou chez Kissilev, avec une prise d'écran du message. Lorsque j'ai écrit ce billet, j'ai recherché l'image, impossible de la retrouver ...

      Supprimer
  13. Selon les conversations des pilotes au dernier moment avant le crash il s'agirait d'une défectuosité des volets des ailes ne pouvant se rétracter empêchant l'avion de grimper. Toutes mes sympathies Madame Bechet-Golovko.
    https://fr.sputniknews.com/russie/201612271029374773-crash-tu-154-derniers-mots-pilotes-volets/

    RépondreSupprimer
  14. Si c'est un acte de malveillance, nous ne le saurons jamais.
    Aujourd'hui, après l'ouverture des boites noires, V. Poutine doit connaître la vérité et, si c'est un acte terroriste perpétré par les occidentaux, je pense qu'il leur rendra la pareille avec autant de discrétion et de réussite. Oeil pour oeil, dent pour dent.
    Bonnes fêtes et meilleurs voeux à tous.

    RépondreSupprimer

L'article vous intéresse, vous avez des remarques, exprimez-vous! dans le respect de la liberté de chacun bien sûr.